Test de Google Chrome

Petit test du nouveau navigateur web qui vient de sortir des tiroirs de Google : .

Installation : l’installation est très aisée, un petit fichier à télécharger et une fois lancé, celui-ci vous récupère l’installation par elle-même via internet (pas d’installation offline possible).

Premier démarrage : Google est un leader qui joue à peu près franc jeu : "Google est actuellement votre moteur de recherche par défaut. Voulez-vous changer de moteur de recherche par défaut ?". Par contre pour changer de moteur de recherche, pas grand chose de proposé : AOL, Yahoo, MSN et les autres grands, j’aurais apprécié de voir un .

Interface et look&feel : ça me rappelle Internet Explorer, la disparition de la barre traditionnelle (Fichier, Edition, bla, bla et bla) permet d’avoir une surface pour votre surf bien plus grande, effet d’autant plus avancé si l’on considère que la barre de titre est utilisée pour autre chose qu’un titre et la fermeture. Cela est plutôt agréable, cela risque de déstabiliser quelque peu le nouvel utilisateur, mais on s’en sort. La barre de favoris est elle aussi masquée par défaut, mais elle apparait en quelques clics. Un onglet se transforme en fenêtre d’un simple drag&drop, une fenêtre devient un onglet de la même manière, les effet graphiques sont d’ailleurs plutôt jolis.

Navigation et performance : Google Chrome est censé avoir un thread par fenêtre de site web (ce qui a pour effet d’améliorer les performances et la stabilité). En chargeant, sur Internet Explorer 7 , Firefox 3 et la beta de chrome la seule page . L’utilisation de mémoire est de : * 63 M (en croissance constante) pour Firefox ;

  • 57 M pour Internet Explorer ;
  • 31 M pour Chrome.
    Dois-je préciser qu’Explorer est le seul à ne pas réussir à afficher la page correctement ? Chrome utilise le navigateur WebKit utilisé par Safari (mais si vous connaissez, c’est aussi le moteur de rendu de l’iPhone et d’Androïd). La navigation est donc fluide.

    Réglage et personnalisation : Ici le petit hic, le menu de réglage est très simple, c’est une bonne chose. Par contre pour le moment, il ne semble pas y avoir des systèmes de plug-in ou autres modules, ni de thème. Je fais confiance à Google pour régler au plus vite ce détail.

    En conclusion : ce petit navigateur déchire et pourrait bien permettre à Google une belle entrée sur le marché. On ne peut pas dire que Google ait un petit réseau de diffusion.

    ** Mise à jour du 5 septembre :

    Google chrome sous Linux : La version Linux est toujours en cours de développement, toutefois, vous pouvez vous inscrire à afin de recevoir une notification par mail dès sa sortie. ** Evidemment, je me suis inscrit et ne manquerais pas de vous tenir au courant.