N’utilisez pas Ubuntu One !

I. Présentation

Une petite présentation reste de rigueur : Ubuntu One est un service proposé par Canonical (actuellement en version bêta) vous proposant un espace de stockage de 2 Go gratuit afin de stocker vos données. En bref :
Vous installez un logiciel client sur votre machine (uniquement disponible pour Ubuntu 9.04) puis vous pouvez transférer vos données sur les serveurs de Canonical comme s’il s’agissait d’un dossier normal de votre système. Plusieurs utilisateurs peuvent ensuite se connecter sur votre "répertoire" afin d’obtenir ces mêmes données (constamment synchronisées). Une interface web permet également d’accéder à ces fichiers.
Vous pouvez obtenir 10 Go d’espace de stockage moyennant 10$ par mois.

Voilà pour la présentation "traditionnelle". Je voulais vous donner ma vison de la chose :

Ubuntu One est une de ces applications "à la sauce Web 2.0" surfant sur la vague du cloud computing vous permettant de transférer vos données sur un serveur utilisant un logiciel propriétaire (hé oui) situé à des centaines de kilomètres de chez vous, pouvant potentiellement être exploitées par d’autres personnes que vous (ou vos amis).

Le tableau est moins joli d’un coup, non ?

  • Note : Le cloud computing, pour ceux qui ne connaissent pas, est un concept qui dit que tout est stocké et traité à distance, sur Internet et non plus sur votre poste de travail. Vous ne travaillez plus directement chez vous, vous travaillez sur Internet, avec des outils accessibles sur Internet, sur vos données présentes sur Internet. *

    II. Pourquoi ?

    Il est temps de vous expliquer pourquoi je pense tout ça. Il y a, selon moi, 4 raisons principales qui vont être listées ci-dessous, la moins importante en premier, pour finir avec LA raison la plus importante qui devrait vous inciter à renoncer à ce service et à utiliser des alternatives libres !

  • Un tarif élevé
    Je considère cela comme étant le moins important car une version gratuite propose 2 Go d’espace de stockage, vous n’êtes donc pas obligé de payer pour utiliser ce service. Cependant, 10$ par mois pour obtenir 10 Go, je trouve cela plutôt cher. À titre de comparaison, Dropbox, le principal concurrent d’Ubuntu One propose 50 Go pour 9,99$ par mois ou 99$ par an (et possède nombre d’avantages supplémentaires comme des clients pour toutes les plateformes, un historique des fichiers, un système de versionning, etc.).

  • Compatible uniquement avec Ubuntu 9.04
    Comme je vous l’ai dit ci-dessus, Ubuntu One est disponible depuis la version 9.04 d’Ubuntu. Hé bien le client Ubuntu One n’est disponible que pour cette nouvelle version d’Ubuntu (et uniquement Gnome pour l’instant). Moralité : vous voulez utiliser Ubuntu One ? Installez Ubuntu 9.04.
    Les versions Windows et Mac ne seront pas développées par Canonical, étant donné que c’est un logiciel OpenSource, la communauté devra s’en occuper (ce qui peut être compréhensible).

  • Un serveur propriétaire
    Comme vous le savez, le client Ubuntu One est libre et OpenSource. Normal me direz-vous, c’est Ubuntu quand même.
    Oui mais derrière cela, il y a le côté obscur : le logiciel utilisé en tant que serveur est propriétaire et non-opensource… Étrange pour un produit estampillé Ubuntu…
    Pour la petite information, le serveur est un programme codé en python. Voici une phrase tirée du site qui résume très bien les choses :

  • Canonical will keep the server software closed for now so that it can build a healthy business on top of the service. This could be viewed as a controversial move by some members of the open source software community. *

    En gros, Canonical veut attendre de s’être fait suffisamment d’argent avec Ubuntu One pour éventuellement le passer en OpenSource.
    Vous allez me dire : "Et alors, c’est le choix de Canonical, ils ont créé un produit et veulent gagner de l’argent dessus, c’est normal".
    Oui c’est normal que Canonical propose des services pour financer ses activités. Ce qui est, selon moi, aberrant, c’est que ce logiciel se serve et profite de la marque d’Ubuntu pour quelque chose qui est, au final, très différent de la philosophie d’Ubuntu…

Petit rappel de cette fameuse philosophie, tiré de la :

  • Ubuntu est un projet communautaire de création d’un système d’exploitation et d’un ensemble complet de programmes informatiques utilisant des logiciels libres et gratuits. Au coeur de la Philosophie d’Ubuntu sur la Liberté Logicielle se trouvent ces idéaux philosophiques : *

    • Tout utilisateur d’ordinateur devrait avoir la liberté d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de partager, de modifier et d’améliorer ses logiciels pour toutes fins, sans payer aucun frais de licence. *

      • Tout utilisateur d’ordinateur devrait pouvoir utiliser ses logiciels dans la langue de son choix. *
      • Tout utilisateur d’ordinateur devrait être en mesure d’utiliser tous ses logiciels, même s’il souffre d’un handicap. *
    • Notre philosophie est reflétée dans les programmes que nous produisons et incluons dans notre distribution. De ce fait, les termes des licences des logiciels que nous distribuons sont en accord avec notre philosophie, selon la . *

    Je vous laisse y réfléchir…

  • Gardez le contrôle !
    Voici le point le plus dangereux et le plus important selon moi. Même si vous n’êtes pas d’accord avec les arguments précédents, que vous pensez qu’ils ne justifient pas un boycott d’Ubuntu One, cet argument devrait (je l’espère) vous convaincre de ne pas l’utiliser !
    Le principe d’Ubuntu One est donc d’envoyer vos données sur des serveurs appartenant à Canonical, vous ne savez pas vraiment où, à des centaines de kilomètres de chez vous.

    Cela ne vous dérange pas ? Je veux dire, un logiciel propriétaire avec un code fermé, vous n’avez aucune connaissance du fonctionnement de ce logiciel.

  • Comment sont stockées vos données ?

    • Sont-elles cryptées (le transfert est crypté via SSL mais qu’en est-il du stockage sur les serveurs) ?

    • Qui a accès physiquement (ou "numériquement") aux serveurs et à ses vos données ?
      Pour faire simple, vous n’avez absolument aucun contrôle sur vos propres données !

    • Pourquoi est-ce si important ? *

    Voici un exemple vous prouvant que garder le contrôle de ses données (et notamment de ses mails) peut parfois s’avérer bien utile :

  • En parlant d’un journaliste chinois : *
    […]

    • Étant accusé de "divulgation illégale de secrets d’État à l’étranger" , son verdict a été rendu et il a été condamné à une peine de 10 ans de prison. *
    • […] *
    • Dans cette triste affaire, Yahoo ! est donc un acteur clé dans la condamnation d’un journaliste chinois, victime de la censure. Le moteur de recherche aurait fourni au gouvernement chinois les coordonnées ainsi que l’adresse IP de Shi Tao, journaliste local, qui aurait divulgué les fameux secrets d’État aux pays étrangers, via e-mail.() *

Vous allez me dire que cela n’a rien à voir avec Ubuntu One, qu’ici il s’agit d’un mail et non de données, que c’est un exemple trop "extrême"…
Détrompez-vous, dans les deux cas, vous mettez vos informations à disposition de quiconque ayant un accès aux serveurs, qu’il soit physique ou numérique. Ces mêmes personnes qui n’hésiterons surement pas à fournir ces informations si les autorités en font la demande par exemple (au moins pour ne pas avoir de problème avec la loi).

Pour finir, une comparaison "douteuse", il faudrait, je pense, vraiment informer les internautes non-conscients de ce genre de dangers avec des slogans du style "Vous dites à vos enfants, frères et sœurs de ne pas accepter des bonbons de la part des inconnus ? Alors pourquoi donneriez-vous vos données au premier service venu ?". Le danger n’est pas le même me diront certains…
Dans ce cas, repensez à ce pauvre journaliste chinois. Ne faites pas confiance aux inconnus !

Voilà, je n’ai pas trop l’habitude de faire ce genre d’article mais je voulais vraiment faire prendre conscience à un maximum de gens du danger de toutes ces solutions propriétaires de cloud computing. Certains dirons que je suis trop extrémiste dans mes propos, je pense juste qu’il faut dénoncer les nouveaux dangers d’Internet (et ils sont nombreux).
Ces applications de cloud computing ont le vent en poupe, ne nous laissons pas submerger par cette tempête, gardez à l’esprit l’histoire de ce journaliste (qui n’en est qu’une parmi tant d’autres) et surtout : Gardez le contrôle de vos données et de votre vie numérique !

Vous n’aurez pas besoin de vous priver, par exemple, si on reprend ce système proposé par Ubuntu One, certains pourraient se dire "Ok, je donne mes données à des inconnus, mais ce service est tellement pratique, je prends le risque".
Sachez qu’il existe des alternatives où vous pouvez mettre en place ce système chez vous, sur votre machine uniquement (comme le logiciel , sur lequel je ferais un article d’ici peu de temps).

Je voulais terminer cet article par une citation de Richard Stallman à propos du cloud computing. Je l’ai découverte après avoir écrit les lignes précédentes et je me retrouve assez bien dans ces propos :

" Le cloud computing est tout simplement un piège forçant plus de monde à verser dans la sécurité, à acheter des systèmes propriétaires qui leur coûteront de plus en plus cher au fil du temps. […] L’une des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas utiliser des applications Web pour votre travail informatique est la perte de contrôle . C’est tout aussi mauvais que d’utiliser un programme propriétaire. Pour votre informatique personnelle sur votre ordinateur, choisissez un programme qui respecte la liberté. Si vous utilisez un programme propriétaire ou le serveur Web de quelqu’un d’autre, vous êtes sans défense . Vous vous en remettez à quiconque a développé ce logiciel. " ()

P.S : Certes, je me suis servi d’Ubuntu One pour élargir la question sur les dangers du cloud computing. Je suis curieux de connaitre vos avis sur la question, vos avis d’Homme, d’informaticien, de libriste… Dites-moi ce que vous pensez d’Ubuntu One et du cloud computing, dites-moi si j’ai réussi à vous faire changer d’avis ou au contraire, à renforcer vos convictions… en gros dites-moi tout ! 🙂